Go to Naturalis.nl

Search results

Record: oai:ARNO:508925

AuthorP.C.T. Snellen
TitlePapilio (Ornithoptera) Ritsemae, n. sp
JournalNotes from the Leyden Museum
Volume11
Year1889
Issue3
Pages153-157
ISSN1872-9231
AbstractLa découverte de cette nouvelle espèce fut faite à l’occasion d’une révision des Ornithoptera à ailes supérieures noirâtres et à ailes inférieures jaunes, se trouvant dans la collection du Musée d’Histoire Naturelle de Leyde, dans celle de la Société Natura Artis Magistra à Amsterdam et dans les collections réunies de Mr. Piepers et de moi. A cette révision, entreprise dans le but d’arriver à une détermination uniforme de notre matérial assez considérable qui comprend peut-être 200 à 250 individus appartenant à ce beau groupe, prirent part Mr. Ritsema, le conservateur du cabinet entomologique du Musée de Leyde, Mr. Swierstra, celui de la collection d’Artis, Mr. Piepers et moi-même. En premier lieu je dois observer que c’est Mr. Ritsema qui découvrit les deux principaux caractères de la nouvelle espèce; pour cette raison et aussi afin de lui marquer notre reconnaissance pour la constante bienveillance avec laquelle il vient toujours en aide à ses collègues dans leurs recherches, nous avons voulu lui dédier notre nouveauté.
Le Papilio Ritsemae appartient à la section du Pap. Amphrysus et a même assez de ressemblance avec cette espèce dont le ♂ est figuré par Cramer, Pap. Exot. III pl. 219 A, c’est-à-dire que les ailes supérieures sont d’un noir de suie velouté à rayons clairs qui sont disposés tellement qu’ils limitent un espace foncé presque rectangulaire au lieu de circonscrire un espace foncé arrondi ou d’être étagés le long du côté extérieur de la cellule discoïdale comme chez les autres espèces en tant qu’elles les possèdent. Ensuite, la couleur jaune des ailes inférieures s’étend jusqu’à la base de l’aile, en occupant chez le toute la cellule discoïdale et entièrement la cellule 7e, tandis que chez la ♀ le noir qui se trouve dans cette cellule est limité horizontalement. Le bord interne des secondes ailes n’est noir dans les deux sexes que jusqu’à la nervure anale ou première, le liseré noir en feston du bord postérieur est étroit et les échancrures de ces ailes ne sont pas marquées de blanc. De plus, l’angle anal des ailes postérieures est arrondi, non allongé dans le sens du corps comme chez le Papilio Rhadamanthus et ses alliés.
Document typearticle
Download paperpdf document http://www.repository.naturalis.nl/document/551792